Le marché français du prêt-à-porter est passé de 31 à 26 milliards d’euros en valeur entre 2008 et 2018, soit un recul de 15 % en dix ans, selon l’Institut français de la mode (IFM). Dans ce contexte, le segment du prêt-à-porter masculin fait preuve de résistance. L’année 2007 aura marqué un tournant avec une croissance des ventes estimée à 3,7 %.Cette croissance qui perdure s’explique notamment par l’évolution du comportement des consommateurs. En effet, en 2020, les hommes soignent davantage leur apparence, s’autorisant même à briser les codes établis. 

L’offre étant encore réduite sur ce marché, de nouveaux entrants apparaissent et dynamisent le secteur. Parmi les stratégies choisies par les acteurs pour s’imposer sur le marché de la mode masculine, six se distinguent et se révèlent inspirantes pour les forces en présence.  

  • Produire une offre durable et responsable
  • S’inscrire dans les tendances actuelles de la mode
  • Miser sur la qualité et le haut de gamme
  • Développer des services personnalisés
  • Transformer le parcours client grâce à l’omnicanalité
  • Adopter des business models prometteurs

Dans cet article, indexpresse propose un zoom sur la stratégie de l’offre durable et responsable.

Produire une offre durable et responsable

L’innovation pour créer des produits écologiques 

De nouvelles techniques de fabrication

Afin de produire une offre durable et responsable, les marques s’expérimentent à l’innovation. Il s’agit de repenser la mode depuis la fabrication. Alors qu’il est considéré comme l’un des produits textiles les plus polluants, mais aussi comme la pièce incontournable du vestiaire masculin, le jean fait l’objet de toutes les attentions. Des entreprises comme Fairblue et Atelier de la Venise Normande proposent de le revisiter pour qu’il soit écologique Cuir végane, matières recyclables, produits toxiques bannis, lin au lieu de coton, autant d’innovations qui font partie d’une stratégie globale des marques : communiquer sur l’éthique de leurs techniques de fabrication.

Le transport est repensé pour limiter les émissions de co2

Pour être écologiques, les marques doivent aussi repenser le transport de leurs produits. Certaines entreprises misent sur le made in France d’autres comme Atelier de la Venise Normande développent un mode d’exportation écologique : le voilier.

Limiter le nombre de collections annuelles  

Fast fashion va de pair avec surproduction, gaspillage et par conséquent, pollution. Pour contrer ce mode de production, de plus en plus de marques prennent un nouveau tournant : la slow fashion. Il s’agit de produire à un rythme moins effréné et plus raisonné. C’est la stratégie suivie par la jeune marque Laetitia Modeste Couture Homme : “Je suis convaincue que le vêtement doit raconter son histoire à l’acheteur, et qu’une autre mode est possible, plus juste pour notre peau et pour la planète”, affirme la créatrice. Laetitia Modeste garantit la qualité de ses produits grâce à une fabrication dans la plus grande tradition artisanale.

Les grandes marques, nouvelles adeptes de la stratégie de l’offre responsable 

La prise de conscience des marques de fast fashion

L’offre responsable ne se limite pas aux jeunes marques. Soucieuses d’améliorer leur image, plusieurs enseignes de fast fashion déclarent également prendre des mesures pour fabriquer d’une manière plus responsable. Par exemple, la marque espagnole Zara s’engage à ne plus utiliser de fibres issues des forêts en voie de disparition ni de plastique à usage unique à l’horizon 2025. “Les grandes marques ne peuvent plus ignorer ce changement de mentalités, ce qui les pousse à aller dans ce sens”, précise Cyril Brenac, dirigeant de la marque Caruus. À l’heure où les consommateurs souhaitent toujours plus de transparence concernant les produits qu’ils achètent, le greenwashing ne fonctionnera pas et les marques devront s’adapter à cette logique, précise Alexis Trocaaz, cofondateur de la marque Corail, sur le site fashionnetwork.com.

À propos du marché de la mode masculine

Moins impacté par la crise que l’ensemble du secteur de la mode, le prêt-à-porter masculin fait preuve de résistance et offre des opportunités d’affaires. L’évolution du comportement des consommateurs, en particulier des plus jeunes, a ouvert une brèche. En 2020, les hommes soignent davantage leur apparence, s’autorisant même à briser les codes établis. L’offre étant encore réduite sur ce marché, de nouveaux entrants apparaissent et dynamisent le secteur.

Si les enseignes de sport et les acteurs de l’e-commerce se renforcent, les chaînes spécialisées histo- riques sont bousculées et se voient contraintes de revoir leurs stratégies. Elles actionnent les leviers qui leur permettront de croître et de rehausser leur image de marque. Les offres sont repensées pour répondre aux tendances actuelles de la mode et de la consommation. Le marketing se digitalise et les acteurs tentent de renforcer leur identité pour ne pas se laisser distancer.

En misant sur leurs valeurs éthiques, en proposant les niveaux de gammes appropriés, en soignant leur omnicanalité et en développant les services, les intervenants veulent faire la différence auprès des hommes, ces consommateurs particulièrement fidèles. Si certains positionnements se révèlent opportuns, il appartiendra aux acteurs de mettre en œuvre les business models adéquats et pérennes pour s’inscrire durablement sur le marché.

Part de marché des enseignes leaders de l'habillement masculin en 2019
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *